08 février 2009

Pour Harold Bloom, traduction

Pour Harold BloomJe suis allé au sommet et je suis resté dans la haute nudité,sur le chemin, le vent allait en tout sens, dans la confusion, et sa parole ne pouvait pas cheminer à travers moi ni moi je ne pouvais lui parler, pourtant j’ai dit, comme si je m’adressais à l’étranger en moi,je ne parle pas maintenant au vent,pour avoir, par nature, porté loin cette parole, j'ai été porté horsde la naturerien ici ne me montre l’image de moi-même,pour le mot arbre on a montré un arbrepour le mot rocher on a montré un rocher,pour le cours... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2006

Une improvisation pour tempo saccadé.

(An improvisation for angular momentum).A.R.Ammons La marche est commel’imagination, unseul pasdissout le cercleen mouvement ; l’œil iciet là se reposesur une feuille,coupure, ou angle,tout s’écoulesauf là oùle regard touche ce qui est vu :Arrêt brutal, etla réalité brusquement,revient, durement close,les formes se détachentnet d’elles-mêmes, remblais de taillis,arbres de l’accotement, ligne téléphonique,définitives, fixées,soi-même, aussi, à ce momentvéritablement saisi, les nuageset le vent se mêlantdans leurs directions,brisant... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2006

Vue

Vue est un poème de A. R. Ammons (1926-2001), poète américain qui a beaucoup pratiqué l'improvisation. Vue C’était en maiAvant que je ne prenne gardeAux printemps et à mes Mots Aux pentes du sud J’ai ditJe vous ai Manquées, vous êtes Allées et venues avant queJe ne sois prêt à regarder Ce n’est rien dirent les montagnesEssaye plus tard les pentes du nordOu si Tu peux grimper, grimpeAu printemps, mais Dirent les montagnes Ce n’est pas la bonne manière Avec toutes choses, certainesQui passent sont passées
Posté par lettre_du_jeudi à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]