24 avril 2006

Le Château, planche 21

Posté par lettre_du_jeudi à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2006

Le Château, planche 20

Posté par lettre_du_jeudi à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2006

Contributions à une poétique du regard, suite 1.

Notes sur l'adaptation de la Recherche du temps perdu en bandes dessinées. Pour un livre qui n’existe pas encore "Mais bien souvent ce n'était, en effet, que des images ;" Marcel Proust. Toute tentative d’adaptation repose sur une lecture active et en profondeur de l’œuvre originale. Adapter une œuvre, c’est d’abord la lire attentivement. S’il s’agit de transposer en images le texte original, les questions qu’il convient de se poser sont les suivantes : comment se forment les images dans la Recherche ? Quelles sont les... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2006

Autres aspects de la poétique du regard dans la Recherche du temps perdu.

Comme je lui avouais la déception que j'avais eue devant l'église de Balbec : - Comment, me dit-il, vous avez été déçu par ce porche, mais c'est la plus belle Bible historiée que le peuple ait jamais pu lire. Marcel Proust. Le regard chez Proust, et le désir (les deux mots se confondent pour ainsi dire dans la Recherche), est soumis aux lois d'une optique singulière. Le principe général de la perception visuelle proustienne pourrait se traduire comme suit : tout objet est perçu médiatement. Il n'y a pas un visage qui ne soit... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2006

Notes sur Proust : le règlement et la stratégie dans le texte de La Recherche du Temps perdu.

...les écrivains arrivent souvent à une puissance de concentration dont les eût dispensé le régime de la liberté politique ou de l'anarchie littéraire, quand ils sont ligotés par la tyrannie d'un monarque ou d'une poétique. Marcel Proust Du point de vue de la théorie et plus singulièrement de la théorie propre à La Recherche du Temps Perdu, le volume Le côté de Guermantes est un moment clé de l’œuvre de Proust. En effet, on y trouve entre autres choses une réflexion poussée et non dénuée d’humour sur la lecture et plus... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2006

Barbier d’après Proust et vice-versa.

Regardez vous-même si vous voyez mieux avec ce verre-ci, avec celui-là, avec cet autre. Marcel Proust:Le Temps retrouvé, Paris, Gallimard, collection folio, p.277. Lirécrire, la lecture comme création. Dans le jeu des croisements intermédiatiques, le lecteur a, lui aussi, son rôle à jouer. Après tout, la modernité n’a cessé d’insister sur le rôle de la réception de l’œuvre, aspect devenu aussi important que la création elle-même. La création se joue sous l’auspice d’une règle énoncée par Kierkegaard selon laquelle tout... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2006

Holzwege I

Posté par lettre_du_jeudi à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2006

Ode à Zanzotto(variante).

Un Sancerre Svp ! pour effacer la ligne lavoir harassé des cimes inser Obstacle comme si l’iniquité existait sans les clercs Sans les clones les similis les infinis de la terre. Obstacle rogner la page orner la marge pour plaire Une ride qu’on ne veut ôter. Homophonies à l’incipit si probe. C’était hier Même au-delà du trait (répéter la contrainte enfin lunaire) Inavouable incurie mais lui agissant multiple bestiaire nul écrin pour racheter le visage qui dé-défie interfère se débine s'en fiche ; le surmoi ne s'épuise plus à... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2006

Ode à Zanzotto.

Une bière Svp ! pour effacer les signes miroirs fracassés des rimes en r Oracles comme si l’Antiquité existait sans les bruns-verts Sans les ça va les salsifis les in fine de la terre. Oracle corner la page rogner corneille pour taire Un vide qu’on ne peut combler. Paronomase à l’infini si possible. C’est l’hiver Même au-delà du ciel (rejeter la contrainte en fin de vers) Inhabitable insomnie minuit vagissant stupide lunaire Nul écran pour projeter le paysage qui dé-défile sans cerf Débobine sans biche ; le Dasein ne suffit... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2006

Le Château, planche 19.

Posté par lettre_du_jeudi à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]