24 avril 2006

Pages retrouvées du Journal du Château II

Je cherche dans "Le Château" une phrase qui pourrait orner les morceaux choisis du "Journal du Château" et je trouve ceci qui s'accordera admirablement au propos : "...K avait le sentiment constant de s'égarer, ou bien de s'être avancé plus loin que jamais aucun homme dans des contrées étrangères, où l'air lui-même n'avait pas un seul élément qu'on retrouvât dans l'air du pays natal, où l'on ne pouvait qu'étouffer à force d'étrangeté, sans pouvoir pourtant faire autre chose, au milieu de ces séduction insensées, que de continuer et de... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2006

Pages retrouvées du Journal du Château I

...n'est pas un jour ? Je le dis, mais je modère le propos en stipulant que, du moins dans le cas d'un journal intime, le propre des signes est de désigner cette incompressible absence, cette fuite ininterrompue des choses, du temps, des plaisirs. A midi, débat sur le financement de l'enseignement. Au cours de la discussion, l'un demande à l'autre de ne plus... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 10)

Lecture du Journal de F. K., bientôt terminé. Il y a mille micro-lectures à en tirer. Avancé dans Kierkegaard. Pas de jouissance supérieure en matière de lecture. De bout en bout passionnant. J'aimerais écrire sur Kierkegaard. L'été peut-être sera l'occasion de recommencer à écrire sérieusement. Vu à Beaubourg des superbes Picasso, Matisses etc. Vu Orsay mais déception, je n'aime pas du tout l'impressionnisme à part quelques Degas. Seul choc, mais il s'agit à strictement parler d'une œuvre post-impressionniste, les nymphéas de... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 9)

Le Château est au point mort, ce qui est désolant et même désespérant. Ce journal a une existence de plus en plus aléatoire, ces pages ne sont plus d'une nécessité impérative; l'ont-elles jamais été au demeurant ! Je ne vois plus en cet exercice que la simple recension de menus faits, un témoignage duquel on pourra dire "voilà comment au début du troisième millénaire un artiste, un intellectuel moyen écrivait et pensait et voilà la matière qui l'intéressait ". Petit bilan tout de même. Le Château a repris un peu de vie, quinze... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 8)

Indicible, innommable, deux mots bien mystérieux et qui ne veulent rien dire. Des mots qu'on ne serait, que je ne serais, que trop tenté d'utiliser et de reprendre à mon compte si je veux parler de mes gravures kafkaïennes. Il y a un mal-dire et un mal-faire dans la beauté et cette conscience non pas de l'erreur, ce n'est pas cela que je vise, cette conscience d'une certaine rugosité est ce qui distingue l'artiste. L'amateur veut réaliser une belle peinture. Un peintre a-t-il jamais voulu peindre un beau tableau ? Ce n'est pas un... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 7)

Je me suis un peu dispersé dans mes lectures, à la manière napoléonnienne aurait dit Chateaubriand. La raison est vraisemblablement la suivante : je suis tout occupé par Le Château, par Ammons et par Tgv. Dès lors je picore à droite et à gauche. La conséquence ennuyeuse de ce laisser-aller est la panne théorique et critique dont je suis bien obligé de reconnaître l'ampleur. Rien écrit, pas un commentaire, pas une critique durant les vacances. Or la lettre du jeudi va bientôt reprendre et que dira la cigale que je suis au lecteur qui... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 6)

Sans issue, cruel et allant je ne sais où, c'est à peu près la manière dont le monde m'était ce matin. Matinée tout entière baignée du vers de Ammons. Les excès se paient au comptant, bu trop de vin hier soir, ce qui explique en partie l'humeur errante et sombre de cette journée. Lu en diagonale le numéro de la revue écritures consacré à Camus, l'introduction à Regards sur le passé de Kandinski et même, je n'en suis pas fier du tout, regardé un dessin animé en déjeunant. Cent fois, je me suis demandé si j'allais faire cela plutôt que... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 5)

Plus importante est la vie intellectuelle, moins spectaculaire est la vie. Proust, par exemple, plus il écrit et moins intéressante est sa vie. Mais la vie d'Henri Verne par contre est tout à fait passionnante. On a que ce qu'on mérite. Aux lectures estivales, il convient d'ajouter "Rome, la pluie. A quoi bon la littérature" de Robert Harrisson. Il s'agit du même auteur qui a écrit "Forêts". "Rome, etc." est une fiction et non un essai. Ou plutôt, c'est une fiction qui se veut aussi un essai et qui a donc pour modèle (ou... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 4)

J'ai beaucoup écrit ces derniers temps, à peu près un article par semaine. Apogée de cette frénésie, la semaine passée quand j'ai écrit deux articles quasiment en même temps : la préface et le commentaire camusien. Tout cela au détriment de petites choses que je dois à présent régler : administration scolaire, contacts avec des journaux et des éditeurs. Le mois de juin sera aussi périlleux financièrement parlant que ne le fut le mois de mai. Vivement les vacances que j'en finisse avec le Château. A Degas qui déplore que malgré... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2006

Journal du Château (Fragment 3)

[Effondrement généralisé.] Lecture ardue d'Heidegger, le Heidegger de l'acheminement vers la parole. Le concept de winken. La parole comme site d'élection de l'être, le logos comme parole vers le poème ou vers le dit-cédé. Pensée complexe qui se détermine dans l'indéterminé. Commencé un article sur "Proust, le plaisir et les images". Vu la semaine passée "Lifeboat" de Hitchcock. Vu aussi excellent documentaire sur Chabrol de Labarthe et du même vu hier le Josef von Sternberg, du coup désir intense de découvrir l'œuvre de ce... [Lire la suite]
Posté par lettre_du_jeudi à 18:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]